Uro-gynecologie

image-uro-gynecologie-kinesitherapie-toulouse

Rééducation uro-gynécologique ou rééducation du périnée à Toulouse

 

La rééducation du périnée est préconisée pour traiter les troubles urinaires et gynécologiques par des techniques internes manuelles et/ou des sondes, ainsi que par des exercices de renforcement abdominal et de correction posturale.

 

La rééducation vésico sphinctérienne s’adresse à toutes les femmes qui redoutent le moindre fou-rire, éternuement ou effort intense à cause des fuites urinaires incontrôlables qu’ils engendrent. Cet inconfort si répandu est réversible ou évitable, en intégrant et/ou adoptant des gestes quotidiens protecteurs.

 

La rééducation du périnée, dans quel cas?

 

  • Le prolapsus ou descente d’organes
  • Faiblesse du périnée suite à un accouchement
  • Préparer le périnée à l’accouchement 
  • Besoins urgents et fréquents le jour comme la nuit : l’instabilité ou hyperactivité vésicale
  • Fuite urinaire d’effort 
  • Association de fuite urinaire d’effort et de besoins urgents et fréquents : le syndrome mixte
  • Douleurs pelviennes
  • Fuite urinaire spontanée sans sensation de besoin : l’instabilité urétrale

 

Mais qu’est-ce que le périnée ?

 

Le périnée est l’ensemble des muscles qui s’étendent de votre vessie en avant, à votre anus en arrière. Il a la forme d’une coupole inversée. Il assure le bon maintien de votre vessie, de votre vagin et de votre rectum. 

Une faiblesse de ce dernier peut engendrer des troubles urinaires, sexologiques et/ou fécaux.

Bon à savoir : les abdominaux ont aussi leur rôle à jouer puisqu’ils travaillent en complémentarité avec votre périnée.

 

Prolapsus ou descente d’organes : la chirurgie, seule option ?

 

Le prolapsus ou descente d’organes se manifeste par une sensation de lourdeur au niveau de votre périnée. Il existe 4 stades de gravité. D’une simple gène à une descente complète (hors du corps) de la vessie, l’urètre, l’utérus, le vagin ou le rectum. A partir du stade 2, la chirurgie peut être envisagée, elle consiste en la mise en place de bandelettes de soutien. La rééducation peut pallier ou retarder l’opération. Elle est également préconisée en période post-chirurgicale. Dans tous les cas, elle est indispensable.

Par ailleurs, des conseils d’hygiène de vie sont donnés notamment contre la constipation, et pour la mise en place d’anneaux de soutien intravaginaux aussi dénommés pessaires. 

Tout ceci constitue un programme de renforcement du plancher pelvien à vie, pour soutenir au maximum les organes !

 

Rééducation du périnée suite à un accouchement – ou post-partum, est-ce recommandé systématiquement ?

 

Faiblesse du périnée post-partum c’est à dire suite à un accouchement : sachez que la sécurité sociale préconise un renforcement du périnée au 90e jour après l’accouchement, à raison de 10 séances.

Dans 35 % des cas, le bon travail des abdominaux associé à une correction de votre posture suffit à pallier aux problèmes. Mais pour le reste, il faudra aussi préalablement une rééducation du périnée.

Au sein de votre cabinet de kinésithérapie, nous évaluons les muscles déficitaires et mettons en place un renforcement manuel et/ou par sonde. Nous traitons également douleur et déchirure interne par des massages intravaginaux et des courants antalgiques par sonde. Le traitement est toujours associé à des conseils d’hygiène de vie. 

Préparer le périnée à l’accouchement – ou pré-partum, est-ce utile? 

 

Il faut préparer le périnée à l’accouchement et aux séquelles que celui-ci peut engendrer. Dès le 7ème mois de grossesse, le poids du foetus fragilise votre périnée et cambre le bas de votre dos, engendrant des pressions sur la vessie, et donc des envies répétées.

Au sein de votre cabinet de kinésithérapie KB7, nous vous donnons tous les conseils d’hygiène de vie et de posture pour réduire ces symptômes. Un travail manuel pourra être réalisé par voie interne à titre de massage et d’étirements afin de préparer votre périnée à l’étirement maximum lors de l’accouchement et éviter l’épisiotomie. 

 

J’ai des besoins urgents et fréquents le jour comme la nuit. Je n’ose plus sortir. Je souffre d’instabilité vésicale.

 

L’hyperactivité vésicale se manifeste par des besoins urgents et fréquents le jour comme la nuit. Il n’y a pas forcément de fuite urinaire associée. Elle concerne essentiellement les femmes en préménopause ou ménopause. Il s’agit d’une contraction excessive de votre vessie.

Au sein du cabinet, nous effectuons un bilan précis de vos troubles, et en fonction de ce bilan, une rééducation manuelle et/ou mécanique par sonde pour travailler les muscles défaillants du périnée vous sera proposée. Un programme spécifique par électrostimulation est également préconisé pour calmer cette contraction excessive de la vessie. Un calendrier mictionnel est par ailleurs mis en place pour prendre conscience de votre instabilité vésicale et réguler vos urines.

 

La fuite urinaire d’effort : je ne suis gênée que lors d’un effort et/ou d’une simple toux.

L’incontinence ou fuite urinaire d’effort se produit seulement au cours d’une activité physique, sportive ou lors d’une simple toux/éternuement.

Elle concerne surtout les jeunes femmes sportives. A l’heure où le crossfit et le trail sont à la mode, les cas sont de plus en plus nombreux. Ce sont des sports qui fragilisent le périnée. Les abdominaux sont trop forts et exercent une poussée vers le bas, directement sur le périnée, et lors d’un effort intense, c’est la fuite…

Il faut réapprendre à contracter le périnée un petit peu avant les abdos. Renforcez votre plancher pelvien avec une sonde intravaginale tout en pratiquant des exercices de musculation classique. Il faut également suivre des conseils d’hydratation.

Association entre fuites urinaires d’effort et besoins urgents et fréquents : le syndrome mixte.

 

L’incontinence urinaire mixte est l’association entre une incontinence urinaire d’effort et une hyperactivité vésicale. Il y a donc fuite lors d’une activité physique, et besoins urgents et répétés.

Dans ce cas, nous traitons en premier les symptômes les plus gênants pour la patiente, selon les protocoles décrits précédemment.

 

Douleur pelvienne, douleur sexuelle, hypersensibilité, y-a-t’il des solutions ?

Les douleurs sont également un motif de consultation. Les plus courantes sont : vaginisme ou contractions empêchant la pénétration, dyspareunie ou douleurs aux rapports sexuels, hypersensibilité, inflammation, sécheresse, endométriose ou encore séquelle de déchirure suite à une épisiotomie.

Après consultation de votre médecin pour écarter toute piste d’infection (mycose, cystite) ou d’atteinte neurologique,  nous pouvons traiter ces troubles par massage intravaginal ou vulvaire, renforcement du muscle déchiré défaillant, travail viscéral, étirement doux du périnée, relaxation et travail du diaphragme pour apprendre à vous relâcher.

Certaines de ces pathologies étant psychogènes, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un psychologue ou d’un sophrologue. 

Consultez notre page dédiée sur la sexualité Féminine. 

 

La fuite urinaire spontanée sans sensation de besoin : la rééducation est-elle envisageable ?

 

L’insuffisance sphinctérienne, ou instabilité urétrale, est une fuite urinaire spontanée sans sensation de besoin. Elle survient chez des personnes ayant des pathologies neurologiques (sclérose en plaques par exemple). La rééducation dans ce cas s’avère malheureusement compliquée, principalement en raison de l’absence de sensation. Même si les résultats sont mitigés, chaque cas est différent face à la rééducation. 

 

La rééducation manuelle, comment ca se passe ?

Le périnée est un OVNI pour certaines patientes qui ne savent ni le contracter volontairement, ni dissocier les différents muscles. Le traitement kinésithérapeutique par voie interne, consiste à étirer les muscles du périnée afin que vous puissiez ressentir chaque muscle et ainsi mieux les contracter et/ou les relâcher. Nous renforçons les muscles superficiels situés à l’entrée et à l’avant du vagin et les muscles plus profonds situés plus en profondeur et en arrière du vagin. Le travail avec le kiné permet d’isoler le ou les muscles déficitaires et de travailler des contractions différentes : fortes et rapides, ou faibles et prolongées.

Nous traitons aussi les déchirures internes, les contractures, les douleurs liées à l’épisiotomie ou à une atteinte nerveuse, par le biais de massages et de relâchement. 

 

Et la rééducation par sonde, c’est quoi ?

La sonde, de la taille d’un gros tampon, est  placée dans votre vagin et connectée à un ordinateur. Plusieurs programmes sont possibles, les plus connus étant le BiofeedBack et l’électrostimulation.

Le BioFeedBack est un simple enregistrement de vos contractions/relâchements du périnée, retranscrits par un signal sur écran pour vous permettre de visualiser si le mouvement est bon et efficace.

L’électrostimulation permet quant à elle à la personne fatigable ou qui ne se sent pas bien de prendre le relais sur la contraction. Le patient est passif, et l’appareil stimule les muscles déficitaires préalablement mis en évidence par le bilan manuel. L’électrostimulation est interdite en cas de grossesse, port de pacemaker et troubles neurologiques.

Les courants antalgiques peuvent également être mis en place en fonction des douleurs ressenties.

Il existe enfin un autre type de courants pour calmer la contraction anarchique de la vessie.

 

Quel est l’intérêt de la gymnastique hypopressive et posturale pour la rééducation du périnée ?

La rééducation du périnée ne se réalise pas uniquement par voie interne.

La gymnastique hypopressive est la méthode de contraction des abdos sans tension. Son  but est de diminuer les pressions abdominales s’exerçant vers le bas et donc nocives à votre périnée. 

La posture de votre corps joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de vos organes internes : vessie, vagin, utérus et rectum. La connaissance de la bonne posture réduit considérablement les troubles urinaires et gynécologiques, ainsi que la constipation.

Des exercices en salle de gym vous sont donc proposés pour renforcer vos abdos et corriger votre posture.

 

 

Qu’en est-il de la rééducation à la maison ?

De nombreux moyens vous sont proposés pour continuer le travail à la maison. Que ce soit par une régulation de votre hygiène de vie, par la mise en place de petits appareillages tels que l’épiNo, les boules de geisha, le vibromasseur ou le pessaire, mais également par des exercices donnés et révisés par votre kinésithérapeute lors des consultations. La rééducation périnéale est un travail complet et nécessite la participation active du patient.

 

Prenez rendez-vous 

Appelez notre secrétariat le matin entre 9h et 12h ou prenez tout simplement rendez-vous sur Doctolib.

Profitez de l’expertise des kinésithérapeutes du cabinet KB7 pour retrouver un tonus dans votre périnée, vos abdos, et mettre fin à vos fuites urinaires.